Cléomède, De motu circulari corporum caelestium. I. 62.

Si nous supposons que la terre entière est habitée,
nous distinguerons les habitats
à ombre circulaire, à ombre simple et à ombre double.
Auront une ombre circulaire les habitants qui se trouvent sous les pôles...
Auront une ombre simple les habitats tempérés,
car lorsque le soleil passe au méridien,
les ombres de ceux qui habitent la zone nord sont tournées vers le nord;
à l'inverse les ombres de ceux qui habitent la zone tempérée opposée à la nôtre
sont tournées vers le sud.
Auront une ombre double les habitats situés sous l'équateur.

*



Macrobe, Commentaire du songe de Scipion, Livre II. Chap. V.

Notre hémisphère est divisée en cinq zones, dont deux seulement sont habitables;
l'une d'elle est habitée par nous,
l'autre l'est par des hommes dont l'espèce nous est inconnue.
 Des deux zones tempérées où les dieux ont placé les malheureux mortels,
il n'en est qu'une qui soit habitée par des hommes de notre espèce,
Romains, Grecs ou Barbares;
c'est la zone tempérée boréale.
Quant à la zone tempérée australe,
la raison seule nous dit qu'elle doit être aussi le séjour des humains.
Mais nous ne savons et ne pourrons jamais savoir quelle est cette espèce d'hommes,
parce que la zone torride empêche que nous puissions communiquer avec eux.
 
 
 



Léonard de Vinci, Carnets, Bibl de l'Institut, Ms C, fol 7. verso

L'ombre a trois formes:
si la matière qui la projette a les mêmes dimensions que la lumière,
l'ombre est pareille à une colonne qui n'aurait point de terme;
si la matière est plus grande que la lumière,
son ombre est comme un cône qui grandit en reculant et dont la largeur n'a point de terme;
mais si la matière est moindre que la lumière,
l'ombre ressemble à un cône et vient à terme comme il appert dans les éclipses de lune.